Livre sur le thé 

Il y a 28 produits.
par page
Résultats 1 - 12 sur 28.

Dans le patrimoine du japon, les objets du thé sont parmi les biens culturels les plus précieux. Ils sont transmis avec vénération d'une génération à la suivante. Les métiers artisanaux qui s'y rattachent, gardiens d'un savoir-faire ancestral et source d'une activité économique importante, s'honorent d'être représentés parmi les trésors nationaux vivants.
La consommation du thé, boisson frugale propice à l'éveil et à la méditation, introduite de Chine au Japon, se répandit rapidement à partir du XIVe siècle dans les monastères bouddhiques d'obédience zen et dans les milieux militaires, shôgun et seigneurs féodaux. Elle fut associée dès le XVe siècle à des séances de recueillement et de conversation codifiées par les maîtres du thé, et portées à leur perfection par les grands maîtres du siècle suivant.
Les objets d'origine chinoise dont l'usage était privilégié dans la cérémonie du thé furent alors remplacés par une production japonaise plus conforme à l'esprit du zen. Les chefs-d'œuvre de céramique japonaise traduisent cette esthétique nouvelle imprégnée de l'amour de la nature, de sa rusticité, marquée par une volonté de sobriété et dont l'expression très élaborée suggère l'imperfection et l'oeuvre du temps qui passe.
Les pavillons de thé, apparus au XVe siècle, ont été conçus comme des lieux propices à la méditation, soustraits à la vie quotidienne. Ils traduisent une aspiration que les contraintes de la civilisation contemporaine ne fait qu'amplifier.
De nos jours la cérémonie du thé, enseignée dans les cycles parascolaires de la maternelle à l'université, compte au Japon environ cinq millions de participants. Elle est une expression majeure de la culture japonaise.

80,95 €
Livre sur le thé

Avec 80 recettes magnifiquement illustrées, découvrez la cuisine au thé, exquise et tendance.
Le thé souligne et magnifie les saveurs et apporte une touche d'exotisme et de raffinement à vos plats salés et sucrés.
Des coquilles Saint-Jacques poêlées en Earl Grey aux Madeleines bicolores au deux thés, préparez vous-même ces recettes aux parfums subtils.
Avec aussi de judicieux conseils pratiques et de nombreuses astuces, histoires et anecdotes sur les différents thés utilisés.
Un coffret chic et original comprenant : 1 beau livre de 144 pages richement illustré avec des conseils pratiques et 80 recettes.

28,35 €
Livre sur le thé
Le guide des thés de Chine

Les thés de Chine : il manquait encore un ouvrage de référence sur le sujet. C'est chose faite avec L'Empire du Thé, le guide des thés de Chine !

L'auteure, Katrin Rougeventre, est interprète-traductrice de chinois, diplômée des Langues Orientales, de l'Université de Nankin où elle se spécialise dans la théiculture.

Rédigé à partir de meilleurs sources chinoises, enrichi de nombreuses cartes et informations inédites en Europe, ce livre rend hommage à au thé, la boisson sans égal d'un pays unique.

L'Empire du Thé, guide des thés de Chine, apparaît d'emblée comme une référence incontournable dont aucun amoureux de la Chine, de sa gastronomie et de ses thés ne saurait désormais se passer.

34,00 €
Livre sur le thé
Marie-Christine Renault

Boisson universelle, le thé s'entoure d'une aura mystique et légendaire, invitant à l'aventure et à la rêverie.
Symbole d'hospitalité et de convivialité, il a su rapprocher les cultures et se parer des objets les plus raffinés, débouchant sur tout un art de vivre.
Véritable plaidoyer en faveur de cette plante, cet ouvrage vous invite à en savourer les moindres aspects à travers un vaste panorama mêlant civilisation, botanique, santé et gastronomie.
En compagnie de Marie-Christine Renault, prenez la route du thé depuis son berceau chinois jusqu'à son arrivée et son expansion en Occident, sans oublier l'étape de la cérémonie du thé japonaise.
Du théier à la feuille, de la feuille au thé, vous suivrez sa fabrication pas à pas. Vous serez initié à l'art de préparer le meilleur thé en respectant les fameuses cinq règles d'or. Vous découvrirez ensuite que le thé (et notamment le thé vert) peut s'avérer être un précieux allié pour la santé et la beauté.
Avec le cahier recettes, vous apprendrez à l'utiliser comme ingrédient dans des boissons, des plats salés ainsi que dans l'élaboration de desserts originaux et gourmands.
Vous terminerez ce voyage dans l'univers du thé par une escale du côté des arts et des lettres. Auteur de recueils de poésie, Marie-Christine Renault a suivi des études d'herbaliste à l'École lyonnaise de plantes médicinales.

26,65 €
Livre sur le thé
Du Yunnan et du Sichuan aux confins tibétains

Pendant plus de quinze siècles, les feuilles de thé des provinces du Yunnan et du Sichuan furent échangées contre les chevaux tibétains, nécessaires aux conquérants de l’Empire céleste.
Partis du berceau historique du thé, Julie Klein et Philippe Devouassoux ont affronté à pied, durant six mois, 2 500 kilomètres de rizières, de forêts luxuriantes et de montagnes jusqu’au Toit du monde. Passionnés d’histoire, ils ont eu pour guide les cartes anciennes et, empruntant les mêmes sentiers que jadis, ont pris le pouls des campagnes chinoises en mutation.
C’est à l’été, aux sources du Mékong et du Yangtsé, que les marcheurs ont débouché sur les étendues sauvages du plateau tibétain, trouvant dans l’hospitalité et la ferveur d’un peuple opprimé matière à rassasier leur soif de rencontres.
Pendant plus de quinze siècles, les feuilles de thé des provinces du Yunnan et du Sichuan furent échangées contre les chevaux tibétains, nécessaires aux conquérants de l’Empire céleste. Partis du berceau historique du thé, Julie Klein et Philippe Devouassoux ont affronté à pied, durant six mois, 2 500 kilomètres de rizières, de forêts luxuriantes et de montagnes jusqu’au Toit du monde.
Passionnés d’histoire, ils ont eu pour guide les cartes anciennes et, empruntant les mêmes sentiers que jadis, ont pris le pouls des campagnes chinoises en mutation.
C’est à l’été, aux sources du Mékong et du Yangtsé, que les marcheurs ont débouché sur les étendues sauvages du plateau tibétain, trouvant dans l’hospitalité et la ferveur d’un peuple opprimé matière à rassasier leur soif de rencontres.

20,90 €
Livre sur le thé
François -Xavier Delmas - Mathias Minet

Voici l'ouvrage de référence indispensable à toutes celles et ceux qui s'intéressent au thé. Parcourant depuis 25 ans les plantations pour sélectionner les thés les plus rares, les créateurs du Palais des Thés nous dévoilent dans ces pages les mille et un secrets qui leur ont été confiés au gré de leurs périples.
Impressionnante somme d'informations, toujours délivrées avec clarté et pédagogie, ce guide nous entraîne dans les jardins de thé, à la rencontre de ceux aui, avec passion et patience, dédient quotidiennement leur savoir-faire au plaisir d'amateurs du monde entier.

28,05 €
Livre sur le thé
Valerie Douniaux

Le thé est arrivé au Japon depuis la Chine au IXe siècle, grâce à des moines bouddhistes, mais l’archipel du Soleil levant ne l’a vraiment adopté qu’au XIIe siècle. La verte boisson s’est ensuite profondément enracinée dans la terre et dans la culture japonaises, jusqu’à devenir l’un de leurs éléments fondamentaux et donner naissance à un rituel esthétique et spirituel, le chanoyu.

C’est pourquoi j’ai choisi d’ouvrir le Guide des Thés du Japon, paru chez Félix Torres Editeur, avec l’expression Nichijô sahanji, littéralement « le thé et le riz quotidiens ». Une expression qui indique clairement la place prépondérante du thé dans la vie japonaise.

Il faut dire que l’environnement naturel du Japon se prête bien à la culture de la plante. La culture du thé s’est développée dans la majeure partie de l’archipel hormis la partie nord de l’île de Honshû et l’île d’Hokkaido. Nous détaillons tous les terroirs du thé japonais dans le Guide des Thés du Japon, au fil des récoltes, du sud, depuis l’archipel d’Okinawa puis l’île de Kyûshû, jusqu’au nord de Tôkyô.

Même s’il a produit du thé rouge (dit « noir » en Occident), le Japon ne produit quasiment plus que du thé vert. Thé vert et thé rouge proviennent de la même plante, mais leur traitement est différent. Nous détaillons toutes les étapes de la vie de la feuille de thé dans le Guide des Thés du Japon. Après avoir découvert le chemin parcouru et les métamorphoses connues par le thé avant d’arriver dans nos théières, vous ne dégusterez plus votre tasse de la même manière !

Les recherches scientifiques l’attestent, les thés japonais sont riches en éléments favorables pour la santé : ceux-ci sont détaillés dans un chapitre spécialement dédié dans le guide.

Beaucoup de consommateurs se sont inquiétés de risques éventuels liés à la consommation de thé japonais à la suite des événements tragiques du 11 mars 2011 : tremblement de terre, tsunami et accident de la centrale nucléaire de Fukushima. L’appréhension envers les thés du Japon n’est cependant pas justifiée, ne serait-ce qu’en raison des contrôles très rigoureux et systématiquement pratiqués, d’abord au Japon, puis à l’entrée en Europe et en France.

24,00 €
Livre sur le thé
Montserven

Du thé Gongfu chinois au Five O'clock anglais, en passat par le Chanoyu japonais, le samovar russe ou encore le thé à la menthe d'Afrique, l'homme, sur tous les continents, porte à ses lèvres une tasse de thé selon des rites essentiels. Le soins apporté à la préparationmême du breuvage est révélateur de notre relation à nous-même et au monde. Le "Livre du thé" à été écrit par un tea-taster professionnel, compagnon de la Voie du thé. Il présente tout d'abord les différents thés, les méthodes de préparation, ce qu'il faut savoir sur les théières, les vertus des nombreuses sortes de thés, aborde les questions de vocabulaire de description, évoque ses modes de cultures et ses caractéristiques selon les régions de production. Puis il invite à une découverte de l'esprit du thé grâce à des textes sur l'art de le goûter, l'expérience de l'auteur et les cérémonies du thé. Ici, comme dans les dits et actes des Maîtres de thé, la justesse technique du geste et la sage clarté du propos sont deux versants d'une seule conduite.

20,25 €
Livre sur le thé

Kakuzô Okakura (岡倉天心) naquit le 14 février 1862 à Yokohama (Japon). Son père était un samouraï de haut rang. Enfant, il étudia les classiques de la littérature chinoise dans un temple bouddhiste. Il a huit ans lorsque les bateaux du commodore Perry arrivent dans la baie de Tokyo, ouvrant le Japon fermé depuis plus de deux siècles. Il étudia les langues et la culture occidentales dès 1877. Il devint cofondateur de la première Académie des Beaux-Arts à Tokyo et en devint l'administrateur en 1890 avant de créer l'Institut des Beaux-Arts du Japon en 1998. En 1904, il se rendit aux États-Unis et fut nommé conservateur du Département des Arts chinois et japonais du Musée des Beaux-Arts de Boston. Il défendit le patrimoine culturel et artistique japonais (à cette époque menacé) et écrivit plusieurs livres en anglais pour relier Orient et Occident. Il mourut le 2 septembre 1913.

The book of tea est originellement paru en 1906 à Boston (États-Unis), directement en anglais : ce texte était alors « destiné au cercle restreint des érudits du Boston du début du XXe siècle » mais « a touché en vagues concentriques un public toujours plus vaste » (préface de l'éditeur, page 7) et il permet, depuis plus d'un siècle, de découvrir l'art du thé et la culture japonaise. Ce livre, précédemment publié aux éditions Philippe Picquier (en 1996 et 2006), est réédité ici dans une nouvelle traduction à l'occasion du centième anniversaire de la mort de Kakuzô Okakura.

Si j'ai été surprise par le petit format du livre quand je l'ai reçu, j'ai vite été séduite par ce très joli livre-carnet qu'il est possible d'emmener partout et par l'élastique vert qui symbolise le thé vert et peut servir de marque-page.

Quant au contenu, il est tout bonnement une mine pour qui aime le thé et/ou le Japon !

Okakura écrit avec délicatesse et raffinement cette fameuse Voie du thé, cha-no-yu, issue du rituel zen, qui « consiste simplement à ramasser du bois, à faire bouillir de l'eau et à boire du thé, rien de plus » selon le grand maître de thé Sen no Rikyû (page 8).

Je vous rassure, je ne vais pas ramasser de bois et je ne fais pas bouillir l'eau pour préparer mes thés verts, qu'ils soient japonais, coréens ou chinois !

Vous apprendrez donc que le thé fut une médecine avant d'être une philosophie, un art et une boisson, qu'il a suivi une évolution et qu'il y a plusieurs courants et écoles de thé, reliés au Zen (Japon) et au Tao (Chine, d'où le thé est originaire), qu'il existe des classiques du thé comme le Tcha-king (en 3 volumes !) du poète Lou Yu qui a formulé le Code du thé ainsi que des Chambres de thé, suki-ya, et des maîtres du thé.

Qu'est-ce que le thé, comment le cultive-t-on et le récolte-t-on, commet sélectionne-t-on les feuilles, quels ustensiles utilise-t-on (Lou Yu en décrit vingt-quatre !) pour sa préparation et comment le prépare-t-on ? Si vous souhaitez connaître la réponse à une ou plusieurs de ces questions fondamentales, ce livre est fait pour vous !

Et Okakura parle aussi de spiritualité, d'histoire, d'architecture, d'art, de contes, et même de fleurs et de danse !, ce qui montre bien que le thé, c'est bien plus que du thé !

De plus, cet essai est abondamment illustré avec des estampes du célèbre Katsushika Hokusai (1760-1849), de pures merveilles.

J'ai noté quelques beaux extraits pour les partager avec vous.

Sur le taoïsme

« La vigueur d'une idée ne réside pas moins dans son aptitude à s'imposer dans la pensée de son temps que dans sa capacité à dominer les mouvements ultérieurs. » (page 60).

« Pour le taoïste, celui qui se rend maître de l'art de la vie est l'Homme Véritable. » (page 67) et un peu plus loin, « Pour lui [le taoïste], les trois joyaux de la vie sont la Compassion, la Simplicité et la Modestie » (page 68).

Sur le zen

« Le zen, comme le taoïsme, est le culte du Relatif. Un maître le définit comme l'art de discerner l'étoile polaire dans l'hémisphère sud. La vérité ne peut être atteinte que par la compréhension des contraires. […] Rien n'est réel, si ce n'est ce qui touche au fonctionnement de notre esprit. » (page 70) et cette histoire :

« Houei-neng, le sixième patriarche, vit un jour deux moines qui observaient le drapeau d'une pagode flotter au vent.

L'un déclara :

– C'est le vent qui bouge.

L'autre :

– C'est le drapeau qui bouge.

Houei-neng leur expliqua alors que le mouvement réel n'était ni celui du vent ni celui du drapeau mais provenait de leur propre esprit. » (pages 70-71).

J'adore ! Vous savez pourquoi ? Parce que les trois ont raison !

Sur l'histoire

« Riche d'anecdotes, d'allégories et d'aphorismes, l'histoire serait sans valeur si elle n'était pas édifiante et divertissante. » (page 61) : clin d'œil à mon ami F., historien et écrivain à ses heures pas perdues.

Sur l'art

« […] l'art n'a de valeur que dans la mesure où il nous parle. Il est un langage universel seulement si notre sensibilité l'est également. » (page 118).

Et ce passage superbe : « Artistes qui luttent, âmes lasses tapies dans l'ombre d'un froid dédain ! Quelle inspiration peut leur offrir notre siècle égocentrique ? Le passé peut bien regarder avec pitié la pauvreté de notre civilisation ; le futur rira de la stérilité de notre art. Nous détruisons l'art en détruisant le Beau au cœur de la vie. Si seulement quelque sorcier pouvait, dans le tronc de notre civilisation, sculpter une harpe dont les cordes résonneraient sous les doigts d'un génie ! » (page 123).

Mais revenons au thé !

« Grande fut l'ingéniosité des maîtres de thé lorsqu'ils produisirent ces effets de sérénité et de pureté. » (page 85).

« Ainsi, dans la chambre de thé, on suggère la fugacité de l'existence par le toit de chaume, la fragilité par les minces piliers, la légèreté par la structure de bambous et l'insouciance apparente par l'usage de matériaux familiers. L'éternel ne se trouve que dans l'esprit qui, incarné dans la simplicité du décor, l'embellit de la subtile lumière de son raffinement. » (page 94).

 Le livre du thé est comme un livre-bonheur qui apporte une lecture enrichissante et édifiante et qui, je l'espère, vous amènera à découvrir le thé – si ce n'est déjà fait – et à élever votre esprit, loin du tumulte ambiant. Mais je vous souhaite quand même de passer de belles fêtes, calmes et sereines, et pourquoi pas de rajouter ce petit livre au pied du sapin ?

14,19 €
Livre sur le thé
Yasushi Inoué - Le livre de poche

« Monsieur Rikyu a assisté à la mort de beaucoup de samouraïs... Combien d'entre eux ont dégusté le thé préparé par Monsieur Rikyu avant d'aller trouver la mort sur le champ de bataille ? Quand on a assisté à la mort de tant de guerriers, on ne peut pas se permettre de mourir dans son lit ! »Non, Monsieur Rikyu (1522-1591), Grand Maître de thé issu du bouddhisme zen, n'est pas mort dans son lit ! Il s'est fait hara-kiri à l'âge de 69 ans. Pourquoi s'est-il donné la mort ? Un vieux moine, son disciple, tente d'élucider le mystère de ce suicide.Ce livre-enquête nous projette dans le Japon de la fin du xvie et du début du xviie siècle. A cette époque, la cérémonie du thé était un acte grave, un rituel qui témoignait d'un engagement redoutable, empreint d'exigences éthiques et politiques, prétexte parfois à des négociations secrètes.Le Maître de thé est donc tout naturellement un roman d'initiation, de méditation, lyrique et sensuel à la fois. A travers la figure historique de Rikyu, Yasushi Inoué (1907-1991) dresse le portrait d'une génération hantée par la mort. Etrange de penser qu'il a écrit là son dernier récit et sans doute son chef-d'oeuvre, publié en 1991, l'année même de sa disparition !

5,60 €
Livre sur le thé
Jürgen Weihofen

Mincir en gagnant de l’énergie grâce au thé Pu-Ehr. La médecine traditionnelle chinoise classe le thé rouge Pu-Ehr parmi les plantes médicinales. Ses vertus sont si précieuses qu’il reçut le nom de «Thé des Empereurs». De saveur agréable, il favorise, sans effort particulier, une perte de poids et réduit efficacement le taux de cholestérol. Aux Etats-Unis, on (appelle «le dévoreur de graisses». Cependant, il possède bien d’autres qualités.
Le thé Pu-Erh : • Purifie et désintoxique ;
• Renforce le système immunitaire ;
• Facilite la digestion des aliments gras ;
• Réduit le taux des graisses dans le sang;
• Abaisse le niveau du cholestérol;
• Active le métabolisme du foie ;
• Aide à l’élimination du surplus pondéral résultant d’une alimentation inadéquate.
Jürgen Weihofen, accompagne sa présentation du thé Pu-Ehr d’une méthode de santé fondée sur les lois de la diététique chinoise, facile à mettre en pratique. Heureuse alternative pour ceux qui n’ont pas envie de compter en calories, vitamines et minéraux pour perdre des kilos superflus et rester en bonne santé.

12,35 €
Livre sur le thé
Dominique T. Pasqualini - Bruno Suet

Ceci est un "TEA-TABLE-BOOK". Il relie des photographie de Bruno SUET; il est mis en pages par Dominique T. PASQUALINI.
C’est un ouvrage constitué de trois parties - un livre de photos, un livre de texte et un serre livres-, où il est question d'eau, de trafic, de botanique, de couleur, de fermentation, de terre, de goût, d'économie politique, du temps. Les photographies -inédites- ont été prises au cours de 9 années, en Chine, chez les Touaregs, en Grande Bretagne, au Japon, en France et au Sikkim.
Les vues ne comportent ni légendes, ni commentaires, ni autre cadre que les mains qui les feuilletent, pour déployer un rituel se déroulant chaque jour et cependant impossible à voir : le partage d'une tasse, d'un bol ou d'une chope à thé.
Le texte énonce, selon un cours divergent et en fragments détachables, le récit exact et complet de ce même instant : Le Temps du Thé.
Le serre-volumes, en appuyant l'un contre l'autre le blocimage et le bloc-texte, les tient en position verticale.

64,10 €
Livre sur le thé
Résultats 1 - 12 sur 28.

Gastronomia Artesana Valenciana

Haut